Perception-paysage-Mayotte

Services Numériques

Sensibilités et représentations sociales paysagères à Mayotte : regards profanes, regards d’experts

 

Personnes impliquées :

Esméralda Longépée, Claire Harpet, Anne-Elisabeth Laques, Juliette Bidon (stagiaire), Angélique Bèque (stagiaire)

 

Partenaire institutionnel :

Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL) de Mayotte

 

Financement :

Projet soutenu par la DEAL de Mayotte pour la mission de Claire Harpet et par le Centre universitaire de Mayotte pour les stages de Juliette Bidon et d’Angélique Bègue.

Durée du projet : Août 2015 – décembre 2018

 

Résumé :

Les sensibilités et représentations sociales des paysages de Mayotte sont particulièrement complexes à appréhender en raison de l’absence du mot « paysage » dans les langues vernaculaires de l’île (kibushi et shimahorais). À la polysémie du concept d’origine européenne et asiatique se greffent des difficultés de transcription et d’application sur un territoire cosmopolite aux influences culturelles multiples. Cette non-verbalisation du terme paysage oblige à repenser non seulement ce concept, mais également la manière dont il s’exprime et se vit selon notre héritage socioculturel. Afin de mieux comprendre les rapports aux paysages de Mayotte, cette étude a d’abord cherché à appréhender les perceptions paysagères habitantes, puis elle s’est orientée vers les collectivités, les services déconcentrés de l’État et les bureaux d’étude pour analyser la manière dont les paysages étaient intégrés aux projets d’aménagement.

Phase 1.

Les perceptions des paysages par les habitants de territoires ancrés dans des cultures où le terme « paysage » n’existe pas ont été très peu étudiées. Les chercheurs qui s’y sont attelés ont soit conclu que ces sociétés ne présentaient pas de sensibilités paysagères soit réussi à démontrer un rapport sensible et construit à l’environnement, remettant en question la définition classique du paysage. L’île de Mayotte est riche d’une mixité culturelle influencée par son ancrage régional comorien et par son statut de département français. Les regards portés par les habitants de l’île, d’influence culturelle mixte, ont été appréhendés à travers les sens qu’ils mobilisaient à la fois pour décrire et vivre le lieu.

Phase 2.

Depuis la départementalisation de Mayotte en 2011, les institutions françaises font peu à peu appliquer la législation française sur l’île. Les défis sont nombreux sur ce territoire où il faut développer les infrastructures publiques, le réseau de transport, requalifier les quartiers d’habitat précaire, endiguer les problèmes d’insalubrité… Face à l’urgence de certaines problématiques, la préservation et la valorisation des paysages sont rarement perçues comme une priorité. Pourtant, l’urbanisme incontrôlé et galopant en raison de la pression démographique transforme l’identité paysagère de Mayotte. Les communes commencent à prendre en compte les paysages dans leurs projets d’aménagement. Quelques communes dynamiques sur la question ont été interrogées afin de mieux cerner leurs motivations, leurs difficultés, leur compréhension du concept de paysage et l’influence de la culture métropolitaine dans ces projets.

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte - Route nationale 3 - BP 53 - 97660 DEMBENI - Tél : 02 69 61 07 62