CARMAYOTTE

Services Numériques

CARMAYOTTE

Cartographie des habitats marins de Mayotte

 

Porteur

Priscilla Dupont

Partenaires :

Thomas Claverie, Elliott Sucré, Pascal Mouquet, Jean-Benoit Nicet

 

Financement

 

 

Résumé

A ce jour, à l’échelle mondiale, 19% des récifs coralliens sont dégradés de façon irrémédiable,  35% sont gravement menacés et un tiers des espèces de coraux sont considérées comme étant en risque d’extinction. Dans le futur, les projections de modèles suggèrent que les communautés coralliennes vont être encore plus impactées du fait des changements climatiques avec une disparition massive des habitats coralliens tropicaux d’ici la fin du siècle sauf acclimatation ou adaptation rapide. La réponse des récifs aux stress environnementaux n’est pas uniforme selon les zones et la capacité de récupération va être dépendante d’une multitude de facteurs comme la surface de corail perdue, les habitats adjacents présents, les espèces touchées, leur capacité à s’adapter aux changements climatiques, le maintien des populations d’herbivores et les conditions environnementales présentes. Face au réchauffement climatique, les zones profondes dites « mesophotiques » sont désignées comme des zones refuges, car elles sont mieux protégées des perturbations affectant les récifs de surface et peuvent fournir une source reproductive viable pour ces derniers. En effet, plusieurs observations indiquent que de nombreux écosystème coralliens mésophotiques (MCE) ont largement échappé aux grands événements de blanchissement de 1998 et 2002 qui ont causé une forte mortalité des coraux peu profonds. De plus, il a été montré qu’elles seraient une source de propagules larvaires permettant de réensemencer les zones peu profondes.

Une première cartographie des habitats marins du banc d’Iris au nord de Mayotte en 2017 a révélée l’existence de formations coralliennes isolées « patch reef », localisées dans les MCE, abritant une forte diversité corallienne et une faune ichtyologique insoupçonnée. Ces formations sont aujourd’hui considérées comme des hotspots en termes de diversité halieutique.

Avec son lagon d’une superficie de 1500 km² incluant 270 km² de récifs barrières et frangeants, l’île de Mayotte présente une des formations récifales les plus grandes et les plus variées de l’Océan Indien.

A ce jour, aucune cartographie fine des habitats du lagon de Mayotte n’existe et une grande partie des fonds lagonaires reste inconnus (notamment au niveau des substrats meubles des écosystèmes profonds et des pentes externes au-delà de 40m). A l’instar du banc de l’Iris, il est fortement probable que ces fonds possèdent de nombreuses formations coralliennes à fort intérêt écologique. Il est donc primordial d’accentuer les recherches sur ces habitats récifaux afin de mieux connaitre leur répartition. Ainsi, l’objectif global du projet est de dresser une cartographie des habitats marins récifaux de Mayotte et de son lagon.

Par ailleurs, ce projet vise à atteindre les objectifs spécifiques suivant : 

  • Acquérir de nouvelles connaissances sur la répartition des habitats marins, qui permettront de mener à bien différents projets de recherche liés à la structuration des écosystèmes récifaux, à la biodiversité et à la fonctionnalité des habitats et leur connectivité.
  • Répondre à un des objectif du plan de gestion du Parc naturel marin de Mayotte qui est de cartographier et étudier les biocénoses des fonds meubles et des substrats durs du lagon. Les données acquises pourront appuyer le Parc naturel marin dans ses domaines d’expertise notamment en appui directe à l’élaboration des plans d’échantillonnage des suivis coralliens menés par l’AFB.

Ce projet sera réalisé en deux étapes :

  1. La production d’une carte d'habitat de niveau typologique faible c’est-à-dire les structures géomorphologiques du lagon de Mayotte à partir de données hyperspectrales traitées, bathymétriques et satellitaires. Les données hyperspectrales seront traitées en amont grâce à la collaboration de Pascale Mouquet et IFREMER Réunion
  2. La production d’une carte d'habitat de niveau élevé avec une évaluation de la couverture biocénotique des peuplements sur les zones jugées d’intérêt et/ou vulnérables à partir de données vérités terrain en apnée sur les zones inférieure à 20 m et en caméra sur les zones jusqu’à 100 m de fond. Cette étape sera réalisée en collaboration avec le GIE MAREX
PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte - Route nationale 3 - BP 53 - 97660 DEMBENI - Tél : 02 69 61 07 62