Retour haut de page
CUFR Mayotte
CUFR Mayotte
 
 
 
 
Connaissance de la macrofaune benthique
Connaissance de la macrofaune benthique

Connaissance de la macrofaune benthique

Améliorer les connaissances sur la distribution des invertébrés marins épiphytes et épigés en mangrove à Mayotte

 

Porteur

Claire Golléty

 

Financeur

 

Résumé

En mangrove, la faune épigée et épiphyte présente des espèces exclusivement inféodées aux mangroves ou qui utilisent les troncs et feuilles de palétuviers comme support ou source de nourriture au sein d’un système autrement sédimentaire à faible hétérogénéité structurale et trophique. La zone de mangrove, notamment le front pionnier, est donc une zone support notable pour la biodiversité des invertébrés marins. Les connaissances portant sur les facteurs expliquant la distribution des communautés d’invertébrés marins au sein des mangroves sont pourtant limitées à Mayotte. L’effet d’un enrichissement en matière organique sur les espèces épiphytes ou épigée est avéré concernant la physiologie de crabes et le recrutement d’espèces fixées. Par contre, l’utilisation des invertébrés comme espèces bio-indicatrices de l’état de santé de la mangrove n’a été testé que sur les assemblages endogés, plus difficiles d’accès et nécessitant un échantillonnage destructif. Pourtant, la faune épiphyte, en étant fixée, est d’une part plus facile d’accès sur le terrain pouvant ainsi faire l’objet de suivi sans échantillonnage destructif, et subit d’autre part les variations du contexte abiotique aussi bien au niveau de la composition des communautés qu’au niveau physiologique. En particulier, la synthèse de la matière organique est directement impactée par l’origine de la dite matière. Ainsi, l’enrichissement en azote via des sources anthropiques des milieux côtiers a un impact significatif sur la composition en isotopes stables des organismes marins. L’analyse des compositions isotopiques de l’azote est maintenant considérée comme un outil puissant permettant d’évaluer le niveau d’impact de l’enrichissement azoté. L’amélioration des connaissances de l’effet de l’eutrophisation sur les communautés d’invertébrés marins dans les mangroves de Mayotte permettrait de contribuer à l’évaluation de l’état de santé des différentes mangroves de l’ouest de l’océan Indien. Ce programme s’insère en parallèle des projets de recherche en cours au CUFR portant en partie (ARESMA) ou en totalité (MANMAC) sur l’étude de la biodiversité des communautés d’invertébrés marins associés aux mangroves de Mayotte. Le présent programme de recherche sera donc l’opportunité de capitaliser sur les projets déjà en cours afin d’approfondir les connaissances liées à l’effet des activités anthropiques sur la biodiversité. Ce projet permet enfin de renforcer une collaboration initiée dans le cadre des campagnes de terrain destinées à l’identification des indicateurs DCE en mangrove menés à Mayotte et en Martinique par les équipes de recherche du LEMAR (UBO), de BOREA (MNHN) et d’ECOLAB (UT3).

Publié le 17 août 2020



CUFR Mayotte

CENTRE UNIVERSITAIRE DE MAYOTTE

8 rue de l'Université - Iloni - BP 53 - 97660 DEMBENI

02 69 61 07 62

 
© CUFR Mayotte | Informations légales